Accueil > Images au Naturel

Infos pratiques, horaires, contacts...

> Entrer

Clovis DURAFFOURG

Photographe animalier du Bassin Morézien né à Cinquétral en 1947.

Après mon service militaire en 1968, je commence à me passionner pour la faune et la flore de notre région. En 1972, je me marie avec Josiane originaire de Savoie, qui a passé toute sa jeunesse dans un village en dessous de Pralognan la Vanoise.

J'ai eu la joie d'avoir deux immenses bonheurs dans ma Vie: le premier, la naissance de notre fille Ingrid et le second, la découverte du superbe Parc National de la Vanoise créé en 1963.

J'ai consacré la plupart de mes temps libres à la quête de renseignements sur le terrain. J'ai aujourd'hui au compteur des jours et quelques 250 nuits d'affûts uniquement pour le Grand Tétras et ce, par tous les temps des quatre saisons....

Concernant le matériel photographique, après le temps de l’argentique, je m’équipe en 2008  de boitiers numériques. Mais qui dit numérique, dit informatique et là, encore aujourd'hui, je transpire plus sur mon ordinateur que dans un dénivelé de 1 000m avec mon sac à dos chargé.

Mon premier sujet fut le Grand Tétras, espèce emblématique du Haut-Jura encore très peu connue à l’aube des années 70. Seuls quelques chasseurs et une poignée de photographes en connaissait l'existence.

Il m'est arrivé plusieurs fois de rester 10 jours de congés sur place. Pour l'intendance, mes repas se composaient de sachets lyophilisés qui faisaient largement l'affaire : je faisais fondre de la neige, avec un petit réchaud « bleuet » pour préparer le nescafé du matin et la soupe au velouté de tomates avec des croûtons au fromage le soir. Après quelques jours la soupe avait un fort goût de café et le café un savoureux goût de soupe. Mon logis se composait d'un vieux drap préalablement teinté en vert posé sur un parapluie et ma literie un duvet posé à même le sol.

Je redescendais inéluctablement le 8 mai pour fêter l'anniversaire de ma fille, manger un bon gâteau accompagné d'une coupe de champagne et rapidement je quittais ma famille pour remonter au grand coq.

Plus tard les organismes ont instauré une zone de protection du biotope du grand tétras qui nous interdisait de fréquenter les places de chant. Me retrouvant devant le fait accompli, j'ai décidé de m'orienter vers la faune et la flore de la Vanoise. Là-bas, j'ai pu immortaliser des sujets comme le Tétra Lyre (cousin de notre Grand Tétras), le Bouquetin, le Lagopède Alpin, l'Aigle Royal etc...

Dans notre beau Jura il y a pléthore de modèles, je ne suis pas encore à la veille d'avoir fait le tour du sujet.

La phrase qui résume le mieux mon état d'esprit c'est : « ma plus belle image, c'est celle que je ferai demain »

Il ne me reste qu'à repartir avec dans mon sac à dos : le casse-croûte, un peu de notre bon vin blanc du Jura et sans oublier le matériel de Prise de Vues toujours prêt.

www.lanatureaufildutemps.fr

Les Buses Variables de la Chaux-Mourant

une envergure de 110 à 130 cm

Elles sont reconnaissables au vol par leur silhouette quand elles planent en cercle pendant des heures. Larges ailes tendues, légèrement relevées et une large queue arrondie, cou très court. Vol assez lourd quelquefois battu sur place.

La buse variable est très active, souvent en vol à découvert, planant sur les champs et les forêts, elle passe aussi de longs moments posée en hauteur.
Elle s'alimente de petits mammifères qu'elle chasse au sol, mais aussi d'oiseaux, reptiles, batraciens et insectes. La majeure partie des proies sont capturées après avoir été localisées à vue, en volant en cercles à basse altitude, mais aussi à des distances d'une centaine de mètres. On considère que la buse variable a la vue la plus perçante de tous les oiseaux de proie.
La buse variable est sédentaire et très territoriale. Un couple établi sur un territoire y restera toute sa vie. En février, les vols nuptiaux s'intensifient et continuent en mars. Ce sont des successions d'ellipses, planés et descentes en piqué, réalisés en couple.

Le cri de la buse variable ressemble à un miaulement haut perché, souvent répété quand l'oiseau est posé, et surtout quand il vole. Ce cri s'entend de loin et révèle sa présence.

Flore de Printemps

La nature vous guette !

Crédit Photo Clovis DURAFFOURG